Alfrède

Contrairement aux clichés négatifs dont se repaît volontiers l’imagier populaire, j’aime beaucoup ma belle-mère.

Ce matin elle m’a permis, sans le savoir, de réfléchir à la notion de communication.

La communication à notre époque est tellement mise en avant, affairiste et essentielle qu’on en a peut-être oublié l’essence. ( Je sais, c’est paradoxal, je sais, c’est un effet de style, continue ta lecture.)

Avec Alfred communiquer est un art délicat et exigeant.

Il fait dire que ma belle-mère est aveugle et sourde. Mais pas dénuée de conversation pour autant. Simplement cela demande davantage d’efforts.

Cela demande de chercher à se faire comprendre. De s’assurer qu’on a été effectivement compris. De chercher à comprendre l’autre. De lui laisser tout le temps nécessaire pour cela.

Avec pour seuls outils nos mains dans les siennes et nos oreilles attentives. Avec nos mains on dit oui ou non. On mime ce qu’on peut. On se répète à l’infini.

Quand on parle avec Alfrède, on ne lui coupe pas la parole. On ne cherche pas à dominer la conversation. Le plus important est de comprendre ce qu’elle veut nous dire. On l’écoute avec une patience sans fin.

Ne pourrait-on pas faire l’effort avec d’autres?

Ma chère belle-maman, merci pour la leçon.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s