Autarcie

M. Parmasilva nous a amené des morengas.

Je connaissais cette plante depuis les Seychelles où elle pousse en abondance.

Aux Seychelles on appelle ça des brèdes et on a l’habitude de les cuisiner à l’eau comme des épinards et à les manger cuits avec du poisson.

En Guadeloupe c’est plus dans les usages de les faire sécher et de les consommer en infusion.

Morengas ou brèdes.

M. Parmasilva lui prête plus de 500 vertus (539), une sorte de panacée en somme.

Et en France je ne suis même pas certain d’en avoir déjà vu un jour.

Elles viennent du jardin de ce brave homme qui y fait pousser tout ce dont il a besoin.

Il n’achète au magasin du bourg que ce qu’il ne parvient pas à produire lui-même, ce qui se résume à 5 produits. Du sel, de l’huile, du savon et un ou deux autres produits de nécessité courante. Le reste il le fait pousser. Il est végétarien et ne boit pas d’alcool, ce qui limite ses besoins et multiplie ses possibilités.

J’ai toujours aspiré à cette vie simple, auto-suffisante. Ne pas être esclave de la société de consommation. Mais je suis à des années-lumière du truc.

Même pas un jardin…

Mais je ne perds pas espoir.

Peut-être qu’un jour…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s