Insomnie

Est-ce que c’est un effet pervers du confinement ?

Comme si je faisais tellement peu de choses que ça ne justifie même pas de dormir davantage que 4 heures.

Peut-être. Peut-être bien que 4 heures m’ont suffit à récupérer de la journée d’hier.

Est-ce que c’est l’effet du stress, ou d’une sorte d’inquiétude ?

Ce n’est pas trop mon genre d’habitude. Mais oui, peut-être que la situation commence à me peser.

Après tout, ça va faire bientôt deux semaines qu’on devrait être de retour chez nous, mais on n’est toujours pas rentrés. Et on n’a aucune idée de la date possible de notre retour.

C’est vrai, je n’y pense pas trop. Mais d’un autre côté, peut-être que ça me bouffe le cerveau inconsciemment au point de m’empêcher de dormir.

Ou bien est-ce parce que deux textes m’ont été refusés par un client sur Textbroker ?

Oui, c’est tout à fait moi ! Être capable de me prendre la tête parce que deux commandes à moins d’un euro pièce m’ont été refusées. Mon travail dénigré. Mes efforts méprisés.

C’est marrant, autant j’ai l’impression d’être relativement humble dans d’autres domaines de la vie, autant j’ai une sorte d’orgueil, il faut que j’ose le dire, dès qu’on commence à parler boulot.

Une sorte de fierté professionnelle.

C’est encore plus vrai en qualité de boulanger : quand il m’arrive de rater quelque chose, je suis le mec le plus triste de la terre. J’ai déjà quitté un poste parce que j’avais réussi à rater trois pâtes de suite. La plupart des gens se diraient que ce sont des choses qui arrivent, que ce n’est pas un drame. Mais moi, j’ai quitté mon poste comme si c’était la fin de ma vie, et j’étais prêt à mettre un sac sur mon dos et à faire le tour du monde à pied en regardant par terre.

Je suis comme ça.

Là, ce type (ou cette nana, j’en sais rien), m’oppose un refus pour un misérable texte de 50 mots pour une publicité comme il y en a des milliers sur Facebook. Et je me dit que je suis un bon à rien, que je ferais sans doute mieux d’arrêter de faire des textes pour le web.

Alors que ça fait juste une semaine que je me suis lancé dans cette aventure avec mon bac – 3 et que ne suis évidemment pas un publicitaire. (Ni de formation, ni même dans l’âme).

Alors que j’ ai déjà écrit plus d’une douzaine de textes qui ont été acceptés et plusieurs parmi ceux-ci pour lesquels le client a mis la note maximale (super).

C’est pénible cette promptitude à se dévaloriser.

Mais on fait avec.

On se lève un peu plus tôt.

C’est tout.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

7 commentaires

  1. Je te comprends tellement…j’ai la même exigence en ce qui me concerne ! Mais tu as de grandes qualités et capacités ! Ne lâches rien ! Et comme tu le sais, on ne peut pas plaire à tout le monde, tu le dis toi même, beaucoup de tes textes sont retenus ! C’est ce que tu dois retenir ! Tu vas y arriver, j’ai confiance en toi ….et je ne suis pas la seule !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s