Société écran

Je me dis qu’il va arriver un moment où je n’aurai plus rien d’intéressant à raconter ici tellement il ne se passe rien de concret au fil du temps.

Mais d’un autre côté, je me dis que comme il ne se passe rien de concret dans ta vie à toi non plus, ô ami(e) lecteur(trice), ben, tu vas quand même continuer à venir lire ce modeste post quasi quotidien parce qu’il va quand même te permettre de passer 5 minutes des ces fichues 24 heures inoccupées que constituent désormais toutes tes journées de la semaine.

Et comme, à moins que je ne m’abuse, tu es précisément en train de lire ces lignes, ça prouve que je ne me suis pas trompé.

Je devrais être mentaliste…

Photo de Cameron Casey sur Pexels.com

Parce que, forcément, comme moi, même si ça ne faisait pas partie de tes habitudes auparavant, maintenant tu passes beaucoup plus de temps sur tes écrans que par le passé. (Et tu ne peux même pas prétendre le contraire dans un commentaire, il constituerait une preuve que j’ai raison !) (Un mentaliste, vraiment.)

En ce qui me concerne, franchement, à la base, je ne suis pas un fou des écrans. J’ai même supprimé la télévision de mon quotidien depuis de nombreuses années (10 ans ? Plus ?). Mais depuis que je suis confiné, bloqué à la maison, obligé de me cacher de la potentielle présence d’un terrible virus et de la plus plausible curiosité malsaine de mes voisins nationalistes, je passe beaucoup de temps à regarder mes écrans.

Pour dire vrai, j’ai mon lap-top (c’est fini, on ne dit plus ordinateur portable ?) devant moi, mon smartphone à ma gauche et ma tablette à ma droite. Et je navigue de l’un à l’autre au long de la journée.

Je me sens misérable…

Bon, je me console en me disant qu’on a une télé mais qu’on ne l’a jamais allumée depuis qu’on est là.

Ça me donne l’illusion de garder un certain contrôle…

Surtout ça me pose la question de notre devenir et de la place que nous avons donné aux écrans dans notre vie.

Franchement, je n’ai pas envie de devenir l’esclave de mes appareils électroniques.

Photo de Drew Williams sur Pexels.com

Mais je me plais à croire que Demain nous donnera l’occasion de faire tellement de choses IRL (in real life) que nous délaisserons vite nos gadgets pour nous employer à de vraies choses, comme … chercher du travail !

Cœur avec les doigts.

2 commentaires

  1. No life. C’est l’autre titre que j’aurais donné à ce post. D’accord avec toi Tim. Sauf que là, pour le coup, c’est plus une vie parallèle qu’une absence de vie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s