Bientôt de retour ?

Apparemment, c’est le souhait du ministère indien de l’immigration.

Comme mon extension de visa est valable jusqu’à la fin du mois d’avril, soit dans deux jours, j’ai renouvelé ma demande, espérant une prolongation de trois mois, histoire de ne pas avoir à me consacrer régulièrement à ces démarches administratives pénibles comme elles le sont, je crois, par nature.

J’ai rapidement obtenu une réponse favorable … non pas pour une extension de visa, mais pour une autorisation de sortie valable jusqu’au 17 mai. Ce qui, traduit, signifie que nous avons trois semaines pour quitter l’Inde.

Photo de Lamar Belina sur Pexels.com

C’est bête mais ça me rend un peu triste.

Juste de devoir partir. Même si on aura fait plusieurs semaines de plus que ce qui était prévu, j’ai une triste impression de gâchis, de ratage, pour ne pas dire d’échec.

Bien sûr, je n’y suis pour rien mais le sentiment est là, présent, réel et presque palpable.

Mais ce qui vient tout de suite après cette drôle de nostalgie, c’est la tentation de l’inquiétude.

Y aura-t-il des vols de rapatriement au départ de Chennai d’ici trois semaines ?

Devra-t-on se rendre à New Dehli, faire nos 30 heures de route dans cette Inde inconnue ?

Si oui, comment ?

Combien ça va nous coûter ?

Comment allons-nous payer ?

La tentation de l’inquiétude est grande … mais je ne vais pas y céder.

Si Jéhovah permet que la situation existe c’est qu’il a déjà prévu une solution.

Un Père bienveillant ne s’amuse pas à mettre ses enfants dans une impasse.

C’est juste un nouveau changement de cap. La fin du stand by. On est sur le chemin du retour.

Surpris, car nous nous étions préparés mentalement à rester ici encore de nombreuses semaines, peut-être des mois, le temps que la situation relative à la pandémie s’améliore en France, que le confinement s’assouplisse en Inde.

Maintenant nous devons changer notre état d’esprit.

Fini l’attente. On bouge. Départ : J – ?

Tu le sauras à peu près en même temps que moi, ô ami(e) lecteur (trice).

8 commentaires

  1. ….Dans cette Inde inconnue….mais l’inconnue n’apporte telle pas son lot d’excitation de découverte, d’émerveillement….? Et puis en définitive chaques mésaventures deviens au final une magnifique histoire à raconter, chaque « flaques de boue » deviens une étoile de plus dans les yeux du conteur et de ceux qui, les yeux écarquillés, sont prêt à remplir leur imagination d’anecdotes qui, une fois ouï se répercutent pendant lgt pour au final aboutir dans le désir, quelque fois insensé, de revivre cela en concrétisant….

    La suite demain, la je fini ma mauricette thon gingembre..
    😆

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s