Veille du départ

Je ne vais pas te le cacher, ami(e) lecteur(trice), c’est avec un sérieux pincement au cœur que j’écris ces lignes.

Nous quittons l’Inde demain, à 18 h 30, depuis l’aéroport de Chennai.

Mais nous quittons notre domicile, enfin, pas le nôtre, mais celui dont nous avons joui pendant ces deux derniers mois, dès 8 h du matin; les modalités du rapatriement font que nous allons passer la journée de demain confinés dans une chambre d’hôtel, tous les rapatriés, au même endroit.

Nous allons laisser celui qui nous est devenu proche et cher, celui avec qui nous avons partagé deux mois de vie commune, notre ami Rajmohan.

Ici, en train d’égoutter du riz

Notre frère Rajmohan qui a pris soin de nous et nous a supportés dans tous les sens du terme durant ces quelques 9 semaines avec une grande patience et un amour authentique.

C’est vrai que je n’ai pas vu grand chose de Chennai. Je suis sorti pendant une semaine en prédication et ensuite le confinement est tombé. Mais j’ai vu l’amour en action. Encore une fois.

Et cela édifie ma foi et mon amour fraternel encore davantage.

Je souhaite de tout cœur revenir ici un jour, mais le présent nous montre à quel point il est vrai que nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve.

Ce que je sais c’est que j’étais ici comme chez moi.

Je suis en train de lire un livre (Les falsificateurs, d’Antoine Bello ), tout à fait recommandable dans lequel j’ai lu ceci aujourd’hui, et je me suis dit que ça s’applique vraiment bien au genre de personne que je suis:

« … il faisait incontestablement partie de ces gens qui emportent leur vie avec eux et seraient heureux n’importe où. »

Oui, j’étais vraiment heureux ici, et même si je suis un peu triste de laisser mes nouveaux compagnons, je sais que je continuerai d’être heureux à Mulhouse.

5 commentaires

      • Partir… Il y a toujours un stress émotionnel, selon ce que l’on a vécu, c’est soit un arrachement,soit une fuite.
        Souvent pleins de sentiments mélangés, mais les choses se vivent au fur et à mesure.
        Une foi que vous serez en France, je pourrais à nouveau contacter Monique,ce qui fut impossible jusqu’ici.
        Je suis en train de lire un livre qui me permet de  » voir » un peu ce pays si particulier qu’ est l Inde : la cité de la joie de Dominique Lapierre, une vie vécue d un médecin qui nous imerge dans un monde de chocs….
        Courage pour votre retour.
        A bientôt chers amis. Hélène

        Aimé par 1 personne

  1. Bonjour Hélène.
    Pour nous c’est plus un arrachement qu’une fuite.
    Bien que pour Monique il y ait un peu de fuite quand même !
    Merci pour ton gentil commentaire, n’hésite pas à appeler la semaine prochaine.
    Bises,
    Christophe

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s