Esprit critique

Voilà bien longtemps que je n’avais pas ressenti ce plaisir particulier qui consiste à ouvrir sa boîte aux lettres et à venir y puiser une petite pile d’enveloppes et paquets adressées à mon modeste nom et contenant des livres qui n’attendent que d’être lus.

Critique littéraire ou chroniqueur littéraire ?

J’ai arrêté depuis quelques années cette activité un peu folle qui m’amenait à lire des bouquins à la pelle pour donner mes avis de lecture.

J’avais commencé en publiant sur www.passion-bouquins.com.

Au début, les modérateurs du blog me filaient de temps en temps des bouquins à chroniquer puis au fil du temps, ce sont les éditeurs ou des auteurs qui m’en ont envoyés directement.

Comme certains maisons d’éditions sont plus prestigieuses que d’autres et comme celles qui m’envoyaient leur productions faisaient clairement partie des autres, j’ai créé mon propre blog de critique littéraire afin que Passion-Bouquins puisse garder un équilibre intéressant quant à son contenu.

Du coup, je me suis un peu retiré de ce partenariat originel pour me consacrer à mes propres affaires, guère lucratives mais qui m’amenaient à lire gratuitement (mais c’est déjà pas mal).

De la contribution à l’édition

Puis (je suis nul en chronologie, ne me demande pas de situer les choses dans le cours du temps), il m’est arrivé une belle aventure qui tient vraiment du privilège.

Dominique et Hervé, les administrateurs du site, ont su que je cherchais un éditeur pour le second tome des Chroniques boulangères puisque l’éditeur précédent (Les Ateliers de Porthos) avait mis un terme à ses activités éditoriales. Ils m’ont expliqué qu’ils souhaitaient depuis longtemps se lancer dans l’édition et m’ont gentiment proposé d’être leur premier auteur.

J’ai accepté avec joie, très touché par leur confiance.

La somme de nos amateurismes et notre singulier anonymat n’ont sans doute pas contribué à donner à M. Menthol et les rongeurs le succès commercial dont nous avions rêvé mais enfin, et c’est le plus important finalement, le bouquin existe et la maison d’édition aussi dorénavant.

La Maison du Moulin Éditions a ensuite enchainé avec un autre auteur. Nous allions parfois ensemble faire des dédicaces sur des salons littéraires. On avait cette âme de pionniers, c’était vraiment rigolo….

Puis, un ou deux ans plus tard (je t’avais prévenu(e)),je leur ai soumis mon premier roman mais nous n’avons pas trouvé d’intérêt commun à une nouvelle collaboration.

Je me suis donc tourné vers l’éditeur avec qui je faisais équipe sur mon blog, qui alimentait ma boîte à lettres plusieurs fois par semaine.

Il a accepté de publier Singulier(s) à son compte.

Le contrat n’était pas génial, le prix du livre notamment me semblait trop élevé mais il a refusé de le baisser.

De guerre lasse, j’ai signé et mon premier roman est sorti.

Promotion … ou pas

Mais autant les deux premiers éditeurs avaient-ils fait un effort de promotion, autant le troisième n’en fit malheureusement aucun.

De mon côté, j’avais tellement couru les librairies et autres lieux dédiés aux livres au début de mon aventure littéraire que je n’en avais plus du tout l’envie.

Évidemment, à part mes proches, personne ne connu l’existence de cet excellent ouvrage et les ventes furent terriblement modestes.

A peu près au même moment, l’éditeur en question, qui était aussi devenu MON éditeur (tu suis ?) www.monpetitediteur.com a décidé de ne plus envoyer de format papier aux blogs littéraires, les remplaçant pas de simples fichiers numériques, moins onéreux.

Comme je faisais déjà les critiques bénévolement, j’estimais que l’envoi d’un livre en papier ne constituait pas un sacrifice extraordinaire et devant mon aversion de la lecture récréative sur écran, nous cessâmes de collaborer.

J’arrête tout

Tout cela m’a un peu dégoûté et j’ai décidé d’arrêter tout en même temps.

J’ai supprimé mon blog littéraire (c’est pour ça que je ne le mentionne pas, il n’existe plus), mon premier blog (Chroniques boulangères réalistes et utiles), cessé de parler de mes bouquins et arrêté d’écrire des chroniques littéraires.

Il faut dire que j’en était arrivé à lire presque 300 bouquins par an et que je commençais à saturer.

Jai donc réduit la cadence, recommencé à lire uniquement pour le plaisir et j’ai tiré un grand trait sur cette histoire.

Mais il suffit de peu, parfois, pour rallumer la flamme.

Un peu de temps libre, je pose une ou deux critiques sur www.babelio.com et c’est reparti.

Enfin, juste tout doucement.

Que du plaisir

Le truc se résume à ça : si je ne prends plus de plaisir à faire quelque chose, je cesse.

Mais j’avoue que je reprends plaisir à écrire, à lire et à donner mon avis.

Du coup, lorsque Babelio a proposé aux contributeurs actifs sur le site de postuler pour avoir le privilège de critiquer les nouvelles sorties, je me suis proposé.

J’ai eu la joie d’être sélectionné et j’ai reçu Métisse façon de Sarah Bouyain, envoyé par La chambre d’échos et réceptionné hier par votre humble serviteur en même temps que d’autres livres envoyés dans ma Kube.

Comme tu peux l’imaginer, ça m’a redonné les premiers frissons du début et je me réjouis à l’idée de faire ce petit exercice.

Et ça me donne une idée

Alors je me suis dit que comme ce mois-ci je faisais la promotion de Singulier(s), ce serait sympa de ta part, si tu as déjà lu l’ouvrage en question, de donner ton avis sur Babelio.

Et, si toi qui lis ces lignes, qui as été jusqu’ici dans ta lecture, appréciant ce style inimitable nimbé de modestie, si toi, oui , Ô toi, inestimable lecteur(trice), tu es par ailleurs, chroniqueur(euse) littéraire, n’hésite pas à me contacter.

J’aurais plaisir à discuter avec toi pour voir comment te faire parvenir un exemplaire.

Sinon, tu peux aussi aller dans l’onglet boutique et soutenir mon travail de création.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s