Covid et culpabilité

Je ne vais pas commencer ce post avec une longue introduction en rapport avec mon inactivité des jours précédents, avouons que c’est sans importance pour la plupart des lecteurs, donc passons.

Toujours est-il que j’ai eu l’occasion de goûter dans ma chair l’expérience de la contamination par le Coronavirus et que ce n’est pas particulièrement réjouissant.

En définitive, je m’en sors vivant et c’est déjà en soit une excellente raison de se réjouir. (Je parle pour moi, le lecteur lambda n’a probablement aucune raison de se réjouir de mon incroyable résistance face à la mort cette année en particulier).

Mais outre le fait d’avoir eu à subir les symptômes que tout le monde connait dorénavant grâce aux médias qui se sont montrés prolixes (Timothée, dictionnaire) comme rarement à ce sujet , j’ai subi et je subis encore des effets plus pernicieux de la maladie dont je vais parler céans.

La culpabilité liée au Covid

Franchement, c’est une expérience pénible, le lendemain de la réception des résultats du test pcr de se voir appeler par un fonctionnaire du ministère de la santé qui vient mettre en doute ta conduite des derniers jours.

On pourrait résumer la discussion ainsi :

« Christophe Gelé ?

  • Oui ?
  • Espèce de salaud, le Covid en Alsace, maintenant on sait que c’est toi ! T’es positif, n’est-ce pas, indescriptible pourriture ?
  • Oui, monsieur, je le suis effectivement.
  • Et, monstre abject que tu es, tu as probablement osé côtoyer tes pairs ces derniers jours, n’est-ce pas, infâme rebelle ?
  • En vérité non, je suis seulement allé au travail.
  • Ah oui ? Et au travail tu avais ton masque, traître, poison ?
  • Oui, je le porte toute la journée.
  • Tu ne le retire jamais ? Tu ne prends pas de pause avec tes collègues, tu n’essayes pas de les contaminer en retirant ton masque à l’occasion d’un café ?
  • Non, je ne prends pas de pause.
  • Alors comment tu expliques que tu sois positif au test, espèce d’ordure ?
  • Je n’explique rien, je déplore.
  • Ouais, ben moi aussi je déplore. Ne t’avise pas de quitter ton lieu de résidence pendant une semaine, ne parle à personne, ne t’approche même pas de ta femme. On a ton adresse, on te retrouvera si jamais tu cherches à jouer au plus malin avec nous…

Pour rajouter à ce sinistre tableau je précise que le mec au téléphone était carrément essoufflé, c’était flippant.

Alors évidemment j’en rajoute un peu (mais à a peine). Juste, les gars qui appelez les gens victimes du Covid, simplement, essayez juste de vous mettre à leur place s’il vous plait et arrêtez d’être cons froids et culpabilisateurs comme l’a été mon interlocuteur.

Au travail

Alors, forcément je n’y ai pas mis les pieds depuis que je suis malade mais j’ai reçu des messages, des appels.

Untel qui fait des heures supplémentaires parce que je ne suis pas là. Un autre qui me fait remarquer gentiment qu’avec cette histoire je ne marque pas des points. Mon boss qui m’explique tranquillement que la Suisse ne prend en charge les malades du Covid que pendant 10 jours et que je ne suis certainement plus contagieux…

La Suisse. Le pays au monde qui se fait certainement le plus de fric grâce à son industrie pharmaceutique … mais qui rechigne à dépenser de l’argent pour prendre soin des malades. C’est moi ou bien il y a là comme un paradoxe ?

Je ne sais pas s’il existe un moyen de mesurer la détresse mais personnellement je vis ça plutôt mal en définitive.

Alors qu’elles devraient être l’objet d’une bienveillante pitié en tant que malades, les victimes du Covid sont davantage traitées comme les sinistres complices d’un mal impalpable et insidieux.

Par bonheur je suis extrêmement bien entouré par des amis sincères qui m’assurent de leur affection avec un pragmatisme enjoué. Je bénéficie des soins constants de mon épouse (négative) dont l’amour ne faiblit jamais.

Mais je pense à tous ces autres malades qui n’ont pas le privilège d’avoir ce cercle merveilleux, cet entourage attentionné dont je bénéficie.

Les gars.

Je compatis.

Photo de Nandhu Kumar sur Pexels.com

9 commentaires

  1. Je suis contente de savoir que tu vas mieux. Et merci d’avoir partagé ton expérience qui, certes, est un peu exagérée mais je ne pense pas tant que ça vu la réputation de l’administration. Nous vivons bien les derniers jours dans lesquels le bien et le mal sont inversés : le coupable est traité en victime et la victime en coupable🤦‍♀️
    Si tu veux une petite pâtisserie pour te remettre de la maladie, dis-le nous. Je demanderai à Camille de te la préparer. Je suis sûre qu’elle le fera avec plaisir 😉 bonne soirée, bisous à vous 2!

    J'aime

  2. Ah ma petite Catherine !
    Est-ce que tu te rends compte de ce que tu me proposes ?
    Comment trouverais-je la force de refuser une telle proposition?
    Merci beaucoup pour le réconfort.
    Gros bisous à toute la famille.

    J'aime

  3. La mule est attelé, alors autant la chargé. Discussion dans un monde pas si utopique que sa.

    « Christophe, tu as fais il y a quelque temps un séjour en Inde, pays proche de la Chine, ne dis rien, on sais tout, tu la ramené de la bas se petit microbe c’est sa ? Combien on ta payé pour sa hein ? Tout esclave du capitalisme que tu es, tu as du succombé a la proposition de l’industrie pharmaceutique Suisse. Tu semble particulièrement véhément à leur égard…un compte a régler ?
    Et puis sa t’arrange bien tout sa, on sais que ta un stock de paracetamol a écouter, traître non seulement mais vénal.
    Tu es coupable, c’est par ta contribution à la dispersion que je n’irai pas a Val d’Isère me faire ma luxation annuelle de l’épaule. Égoïste
    C’est la premier année que je vais pas skier a cause d’un virus, d’habitude c’est a cause de l’argent.
    Bon conclusion, il nous faut un bouquet mystère ( comprenez bouc emissaire, humour oblige). Et bon la, pas le choix, tu as les qualités requises, félicitations.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s