Un déménagement, des livres et des déconvenues

Au tout début du mois nous avons quitté le logement que nous habitions depuis sept ans suite à un SLS devenu incroyable (SLS pour Supplément de Loyer de Solidarité).

La France n’est pas un pays qui favorise la mixité sociale. Pour preuve : nous habitions en logement social puisqu’à l’époque où nous avions reçu cet appartement, nous avions de modestes revenus. Mais depuis que mes revenus ont augmenté, des SLS croissants me sont régulièrement imposés. Quel est le but de cette démarche ?

Que l’on ne vienne pas me dire que c’est pour permettre l’accès au logement des personnes défavorisées. Certains appartements de l’ensemble où nous étions étaient inoccupés depuis des mois et le logement précis que nous occupions était resté vide pendant presqu’un an avant que nous le prîmes.

Je constate simplement qu’il n’est pas possible pour la classe moyenne de continuer à vivre dans le milieu dont elle est issue à moins d’en payer le prix. En conclusion nous migrons pour un quartier plus chic et serons remplacés par un famille modeste. Getthoïsation oblige.

Bref, le problème ne date pas d’hier et il n’est pas près d’être réglé.

Un déménagement et des livres

Nous n’avons pas beaucoup de meubles, mis à part mes bibliothèques, et le plus gros du déménagement a consisté à déplacer des quintaux de bouquins. Il est difficile d’exprimer le bonheur que j’ai ressenti à les sortir des cartons pour les placer dans les rayonnages.

Ce ne sont pas des dizaines de livres qui attendent d’être lus mais littéralement des centaines. La plupart sont des legs de Marguerite, une amie au sujet de laquelle je me suis déjà souvent livré ici. Quelques-uns sont de récents achats ou des trouvailles faites dans des boîtes à livres publiques. L’effet est enivrant. Lorsque je regarde tous ces livres qui me sont réservés, je suppose que je ressens le même plaisir qu’une personne riche lorsqu’elle prend connaissance de son extrait de compte après avoir fait une bonne affaire ou un héritage. Ce genre de plaisir. Bien qu’il ne soit pas lié à la valeur pécunière des livres mais à leur contenu et au plaisir que me réserve leur future lecture.

Plus étonnante découverte encore fut celle de cartons pleins de mes propres parutions, qui mis de côté, achevèrent leur inexistence lorsque je mis la main dessus. Ainsi donc, le premier bouquin que j’ai écris, Welkome to the Kübe, n’est finalement pas épuisé. Il est disponible, ainsi que les autres, dans l’onglet boutique.

D’ailleurs, histoire de faire un peu de place, je vais y modifier le prix à la baisse afin de te permettre de te faire un peu plaisir, de compléter ta collection ou simplement te procurer de quoi lire sur la plage.

Des déconvenues

Comme je ne suis pas un adepte de la plainte, je n’en évoquerai qu’une, qui me soucie beaucoup.

Suite à mon accident de moto survenu le 10 mai dernier, j’ai été opéré et platré des deux mains.

On m’en a ôté les broches la semaine dernière et je croyais en avoir également fini avec les plâtres mais malheureusement j’ai à composer avec de nouveaux plâtres jusqu’à la mi-septembre. La déception est de taille mais cela me permet de cultiver la patience, qualité indispensable à l’époque critique que nous vivons.

Il ne faut pas blâmer une contrariété.

Soyez prudents sur la route les amis.

Christophe

8 commentaires

  1. Les pieds, les mains, faire des pieds et des mains… le tout, c’est de continuer à écrire. Je vous souhaite à tous les deux plein de petits bonheurs dans votre nouveau chez vous un peu bobo. Et oui, ça fait mal, la mixité découragée…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s