Elecboy, Tome 1- Naissance, de Jaouen Salaün

Je ne suis pas un grand connaisseur de bandes dessinées.

Je crois que c’est une question d’éducation. Quand j’étais petit on n’avait pas des tonnes de BD à la bibliothèque et en plus on ne pouvait en prendre qu’une à chaque fois. Puis, quand j’ai commencé à piquer dans les magasins, je me cantonnais aux livres de poches et au disques 45 tours.

Je me suis repenti depuis longtemps et je ne vole plus mais j’ai gardé une attirance plus grande pour les livres de poches que pour tout autre format ce qui exclu assez logiquement les albums de BD.

Mais quand je tombe sur une pépite, je suis capable de la reconnaître.

Le résumé de l’éditeur

Année 2122, quelque part en Amérique du Nord.

Sur une terre aride et brûlée par le soleil, la paix et la sagesse semblent avoir déserté. L’ancien monde civilisé a laissé place au chaos et à la pauvreté, à la violence et à la sauvagerie.

Dans un décor de western, au milieu de baraquements de fortune mêlés à des panneaux solaires modernes, les membres d’une communauté autonome survivent tant bien que mal. La quête de l’eau est une préoccupation de tous les instants.

Le jeune Joshua est amoureux de Margot, la sœur de Sylvio, un adolescent brutal qui prend plaisir à le frapper. Sylvio appartient au clan des hauteurs, qui affirme son pouvoir en faisant régner la peur sur les autres habitants.

Un jour, d’étranges événements se produisent. Dans cet univers d’après l’apocalypse, alors que le père de Joshua et son équipe travaillent sur le réseau d’approvisionnement en eau, des créatures éthérées surgies de nulle part s’en prennent à eux …

Une nouvelle saga de science-fiction écrite et dessinée de main de maître par Jaouen Salaün, qui conjugue avec bonheur un trait réalisme et un imaginaire teinté d’onirisme.

Ce que j’en dis …

Pour les raisons évoquées en introduction, je suis un piètre lecteur de bandes dessinées. Généralement, je survole les images, déchiffre le texte, et avance rapidement dans l’histoire sans savourer véritablement.

D’après mon entourage, je fait pareil quand je mange. Note bien que ça ne m’empêche pas d’apprécier.

Mais pour une fois j’ai pris mon temps. D’abord parce que l’histoire n’est pas placée sous le signe de l’évidence. L’intrigue est dévoilée lentement, on apprend quelque chose presque à chaque case et ça oblige à ralentir pour être certain de ne rien manquer quant au sens de l’histoire.

Le dessin est juste incroyable, on dirait parfois que Jaouen Salaün – qui pour le coup est à la fois le dessinateur et le scénariste – recopie des photographies de ses personnages tant les traits sont réalistes.

De plus, bien que novice en matière de procédé stylistique, j’ai été frappé par une technique que je remarquais pour la première fois. Les cases ne sont pas toujours disposées sur un fond blanc mais sur une autre image, comme superposées sur un dessin central dont on ne découvre que certains détails, comprenant lui aussi des bulles de discussion. L’effet est vraiment génial.

Pour en finir avec ce que je pense de ce magnifique album, j’ai trouvé les couleurs tellement justes, elle donnent une ambiance qui collent parfaitement au passage qu’elles illustrent. Parfois chaudes, parfois lumineuses, toujours de bon goût.

Je me sens comme un gamin qui vient de découvrir le monde merveilleux de la bande dessinée !

Elecboy, Tome 1- Naissance, de Jaouen Salaün est édité chez Dargaud.

Un magnifique album de 64 pages au format 241 X 318 mm, vendu 14,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s