Regarde-moi dans les yeux, de Boris Tzaprenko

Voilà des années que j’hésitais à m’acheter une liseuse. J’aime beaucoup lire des livres en papier. Mais c’est vrai que ça prend de la place. Les livres numériques sont moins chers, voire gratuits parfois. Et ils ne prennent pas de place. Bon, toujours est-il qu’au terme d’une longue réflexion j’ai fini par craquer et que je me suis offert une liseuse. Ou plus exactement, c’est ma Chèrétandre qui me l’a offerte.

J’ai donc exploré la boutique et j’ai d’abord téléchargé une dizaine d’extraits gratuits de livres d’actualité. Mais ensuite, le livre numérique à 10€, franchement je trouve ça rédhibitoire, c’est le prix d’un livre de poche et à ce prix-là, j’opte sans hésiter pour la version imprimée, même si elle prend de la place.

Puis j’ai découvert qu’il y avait des livres entièrement gratuits, souvent des autoéditions, et c’est ce qui m’a dirigé vers Boris Tzaprenko. Il y avait plusieurs titres de cet auteur et j’ai choisi Regarde-moi dans les yeux à cause de sa couverture.

Le résumé de l’auteur

Une seule personne pourrait-elle sceller le sort de l’humanité ? Cette dernière pourrait disparaître de bien des manières. Celle dont parle ce roman serait si surprenante et si soudaine que personne ne l’aurait vu venir. Et pourtant … -[Quinze secondes avant l’Événement.] Lucien entra dans le cabinet d’ophtalmologie, sans se douter le moins du monde que quinze secondes seulement le séparaient de la première manifestation de l’Événement. L’Événement, c’est ainsi que, dans un premier temps, nous appellerons l’imprévu qui allait, et bouleverser sa propre existence, et conclure l’Histoire. Par « conclure l’histoire », entendre : « décider du dénouement de l’existence humaine », rien de moins. Venant consulter pour un contrôle de routine, Lucien fut content de voit qu’il n’y avait que deux personnes dans la salle d’attente, une jeune femme et une dame âgée. Elles levèrent les yeux vers lui. – Bonjour ! leur dit-il. La dame âgée au fond de la pièce resta muette. La jeune fille lui rendit timidement un « bonjour! » presque murmuré, avant de reprendre la lecture de sa revue. [Treize secondes avant l’Événement.] Lucien s’assit en face d’elle …

Bon, plus qu’un résumé, je crois de mémoire que ce sont les premières lignes du livre.

Ce que j’en dis …

Pas vraiment emballé.

J’entend dire partout, ici ou là et pas plus tard que vendredi dernier, que l’autoédition recelait un certain nombres de pépites. Soit c’est un fantasme, soit je suis un piètre orpailleur.

L’histoire n’est pas inintéressante : un quidam (Lucien donc) est assaillit par une voix qui est celle d’une femelle gorille qui se trouve au cœur d’une expérience militaire et qui va nouer avec le héros des liens de plus en plus étroits. Elle lui permettra de connaitre la vie d’une vache laitière d’une exploitation industrielle comme s’il l’avait vécue personnellement. S’ensuit une prise de conscience végane. Je ne vais pas plus loin pour ne pas spolier.

Je n’ai pas du tout été embarqué par le style que j’ai trouvé maladroit et scolaire.

En revanche je salue le travail et l’ambition de l’auteur qui a manifestement le désir de sensibiliser son lectorat à la cause animale et qui utilise un excellent moyen pour cela, à savoir la gratuité de ses oeuvres numériques.

Pour autant cette lecture ne m’aura pas ébranlé dans mes habitudes parce que je ne me suis pas reconnu dans ce mode de pensée darwiniste où l’homme n’est qu’un animal parmi d’autres.

Certes, je partage l’aversion pour les souffrances animales, mais j’ai vu des gens dormir dans la rue ce week-end à Paris et aussi des montres à 45 000 euros et j’y vois quelque chose de plus amoral que d’élever une vache pour en boire le lait.

Oui, il faut que le monde change, mais je suis convaincu que l’humanité consciente (s’il en est) n’est pas au cœur de ce changement.

Un petit mot sur l’auteur

Boris Tzaprenko a déjà écrit plus de vingt livres, il est un passionné de science-fiction et d’astronomie.

La plupart de ses bouquins traitent de la cause végane et sont disponibles gratuitement en version électronique. Si le cœur vous en dit …

Regarde-moi dans les yeux, de Boris Tzaprenko, autoédité

Disponible gratuitement sur liseuse Kindle

Un commentaire

  1. Le véganisme est comme la plupart des obédiences en isme : le plus souvent sectaires et donc intolérantes, outrancières pour ne pas dire extrémistes…
    Quant aux oeuvres publiées en auto-édition, il y a comme partout ailleurs du bon et du moins bon, de l’excellent et de l’exécrable !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s