#Unboxing/10

Ça commence à faire longtemps que je n’avais pas consacré un article à un unboxing.

Aussi, lorsque j’ai vu le facteur les bras chargés devant ma boite à lettres ce matin, je me suis dit que le moment était venu.

En effet, trois belles enveloppes portant mon nom attendent que je les ouvre. C’est marrant, rien pendant des jours et tout arrive d’un seul coup. J’ai l’impression d’avoir gagné à un jeu.

Je commence par la première.

Aux Forges de Vulcain

J’ouvre la première enveloppe et découvre un livre qui va certainement défrayer la chronique : Le poète en exil de Ray Manzarek.

L’idée du livre, qu’on retrouve sur le bandeau, m’a tellement séduit que je me suis précipité pour solliciter ce bouquin. Et si Jim Morrison n’était pas mort ? Notons que Ray Manzarek n’est autre que le claviériste et co-fondateur des Doors, ce qui donne énormément d’intérêt à ce livre qui sortira le 5 novembre prochain.

Bon, là il n’y a pas le bandeau.

Voyons ce que me réserve la deuxième enveloppe.

La manufacture de livres

Ce n’est pas un mais deux livres que contient la deuxième enveloppe.

J’ai découvert La manufacture de livres il y a peu de temps avec Poudre blanche Sable d’or et j’ai tout de suite beaucoup aimé la charte graphique du livre. Ô bonheur ! C’est la même sur ces deux-là.

Je suis très sensible aux couvertures à rabats et c’est un point commun que partagent La manufacture des livres et Aux forges de Vulcain.

Pour en revenir aux deux livres de La manufacture de livres, le premier est Petite Louve de Marie Van Moere dont la quatrième de couverture avait éveillé ma curiosité et Sarasqueta de Chaïm Helka qui sera publié le 4 novembre.

Et déjà plus qu’une enveloppe à ouvrir.

Éditions Jigal

Ce sont de petites retrouvailles avec cet éditeur spécialisé dans le polar que j’avais beaucoup suivi par le passé quand je collaborais à un site littéraire qui n’est plus alimenté aujourd’hui. Je suis très content que la masse critique organisée par Babelio en octobre me permette de renouer avec Jigal le temps d’une chronique.

Ah ! Petite étourderie, Babelio m’avait attribué un roman noir de Pascal Martin joliment intitulé Va manger tes morts et je reçois effectivement le communiqué de presse, mais le bouquin qui l’accompagne en est un autre : Stavros sur la route de la soie de Sophia Mavroudis.

Pas grave, j’envoie un mail à Jigal qui me propose de garder le bouquin et de m’expédier celui qui était prévu rapidement. Deux livres au lieu d’un, c’est cool.

Me voilà donc avec cinq livres de plus dans ma PAL dont tu entendras bientôt parler ici et probablement aussi ailleurs.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s