Frakas, de Thomas Cantaloube

Je me souviens, il y a quelques mois de cela, Babelio et Gallimard avaient organisé une rencontre avec Thomas Cantaloube pour la sortie de son nouveau livre, Frakas.

J’étais très enthousiaste et j’avais postulé mais je n’avais malheureusement pas fait partie des invités. On ne peut pas gagner à tous les coups.

Mais lorsque j’ai vu le livre en question sur une table d’exposition à la bibliothèque, je me suis empressé de le prendre, même si j’avais déjà plein d’autres livres à lire.

Et je n’ai pas été déçu.

La quatrième de couverture

Paris, 1962. Luc Blanchard enquête sur un groupuscule soupçonné d’être un faux nez des services secrets, impliqué dans l’assassinat à Genève, deux ans plus tôt, d’un leader de l’Union des Populations du Cameroun. Une piste conduit le jeune journaliste à Yaoundé, mais il met son nez où il ne devrait pas et devient la cible du gouvernement local et de ses conseillers de l’ombre français.

Avec l’aide de son ami Antoine et d’un ancien barbouze, il va tenter de s’extraire de ce bourbier pour faire éclater la vérité.

Frakas nous plonge dans un événement méconnu du début de la Vème République ; la guerre du Cameroun, qui a fait des dizaines de milliers de morts dans la quasi-indifférence générale et donné naissance à ce qu’on appellera plus tard la « Françafrique ».

Ce que j’en dis

C’est ma deuxième incursion dans le monde de Gallimard Noir, la première étant le livre de Marin Ledun, Leur âme au diable. J’y retrouve ce qui m’avait plu la première fois : bien qu’il s’agisse d’une fiction, il s’inscrit dans une réalité que l’auteur ne cesse de dépeindre avec habileté pour mieux la dénoncer.

Ici il s’agit de la poursuite des intérêts politiques et commerciaux au Cameroun après que la France ait accordé son indépendance à cette ancienne colonie.

L’intrigue est par ailleurs tout à fait intéressante. D’ailleurs en réalité elle est double puisqu’outre le jeune journaliste dont il est question dans le résumé de l’éditeur, le lecteur suit aussi le parcours d’un trafiquant de drogue marseillais obligé de se rendre au Cameroun.

J’ai beaucoup aimé ce livre très bien documenté. En le refermant, je ne peux m’empêcher de penser que cette hypocrisie post-colonialiste ne cesse de durer depuis plus de cinquante ans.

Frakas, de Thomas Cantaloube est édité par Gallimard Noir

Un livre broché de 432 pages vendu 19€ chez votre libraire préféré

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s