Petite louve, de Marie Van Moere

Lorsque je découvre une nouvelle maison d’édition, je prends plaisir à feuilleter son catalogue.

C’est ce que j’ai fait sur le site de La Manufacture de livres après les deux belles découvertes que furent d’abord Poudre blanche Sable d’or de Matthieu Luzak, puis Sarasqueta de Chaïm Helka.

Mon choix s’est porté sur Petite Louve de Marie Van Moere.

La quatrième de couverture

La Corse. C’est là qu’Agathe va fuir après avoie entassé dans sa voiture leurs bagages et annoncé à sa fille qu’elles allaient prendre quelques jours de vacances. Cette chirurgienne sans histoire vient de rendre la justice elle-même. L’homme qui avait agressé sa fille, détruit l’équilibre de leurs vies, a été relâché et elle lui a réglé son compte, définitivement. Mais ce type au casier déjà bien chargé avait lui aussi une famille qui a l’intention de rendre les coups. Sur les routes de Corse s’engage alors une traque à mort où les femmes et leurs poursuivants se feront tantôt proies, tantôt prédateurs.

Dans ce roman noir au rythme implacable, Marie Van Moere nous offre une sorte de Thelma et Louise débridé où une mère et sa fille accomplissent une vengeance qui les conduira sur les chemins les plus obscurs.

Ce que j’en dis …

Encore un excellent roman. La course-poursuite alternative promise par le résumé de l’éditeur est effectivement haletante, impeccable dans le dosage de suspens.

J’insiste sur ce point : le rythme est vraiment parfait. Il ne s’agit pas d’un roman noir où le lecteur est constamment en apnée, dans l’attente d’un prochain bouleversement. Marie Van Moere maitrise l’art du tempo et sait réduire la cadence au bon moment, nous offrir des parenthèses de repos, des pauses savamment orchestrées qui permettent au lecteur de reprendre son souffle pour le reperdre dans la foulée.

Ces instants d’accalmie donnent à l’auteure l’occasion de s’arrêter sur les personnages, de nous les faire découvrir en profondeur, si bien que l’on finit par s’attacher à chacun d’entre eux sans exception. Agathe et sa fille, bien sûr, mais aussi leurs poursuivants et le berger finalement. Un peu comme si le rôle de personnage secondaire n’avait pas lieu d’être, comme si aucun n’était moins important que l’autre. Et c’est une belle façon de faire.

Puis, au second degré de lecture il y a cette thématique de l’erreur. Du simple mauvais choix à l’erreur judiciaire en passant par la parole trop vite exprimée. Nos vies sont dirigées par nos choix mais s’il est vrai que les certitudes semblent des paliers et des carrefours d’importance, les erreurs d’appréciation peuvent orienter nos éphémères existences avec un pouvoir tout aussi certain.

Un chose reste pourtant absolument certaine : en choisissant Petite Louve dans le catalogue je n’ai pas fait d’erreur.

Petite Louve de Marie Van Moere est édité par

La Manufacture de livres.

C’est un livre broché de 270 pages qui coûte 19,90€.

Petit rappel concernant le jeu organisé par La Kube pour avoir une chance de remporter 70 livres, la bibliothèque mystère, ça se passe ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s