Comme une langue au palais, d’Erri De Luca

Il y a quelques mois, une Babelionaute m’avait suggéré de faire un top3 des livres d’Erri De Luca.

Malheureusement, je ne les ai pas tous lus, aussi ne pourrai-je pas faire le top3 mais en revanche, je ferai mon Top3 de ceux que j’ai déjà lus.

Et pour augmenter mon champ des possibles, j’ai ajouté un volume à ceux que j’ai déjà consommés.

Le résumé

Erri De Luca est un grand lecteur de la Bible. En 2004, dans la même collection, Arcades chez Gallimard, il présentait Noyau d’olive au public français et partageait sa fascination pour les Saintes Écritures.

La particularité de ses écrits qu’on peut qualifier d’exégétiques consiste en l’athéisme avoué de leur auteur.

Dans Comme une langue au palais, Erri De Luca nous livre ses réflexions sur les métiers clés dans les Écritures : le Berger des écritures hébraïques se trouve supplanté par le pêcheur dans les écritures grecques. Pourquoi ? Que symbolisent ces deux occupations ?

D’autres réflexions sur d’autres sujets à travers des textes choisis charmeront le lecteur féru de compréhension tant du judaïsme que du christianisme selon les écrits sacrés.

Ce que j’en dis …

Voilà maintenant plusieurs livres d’Erri De Luca que je lis avec plaisir.

Celui-ci a été publié en 2006, soit il y a 15 ans déjà, et oui, le temps passe vite.

Comme d’habitude j’apprécie ses réflexions même si je ne le rejoins pas sur tout.

Ce qui me plait le plus chez lui c’est qu’il n’est ni juif, ni chrétien, ni apostat. C’est un intellectuel qui cherche à comprendre la Bible d’après ce qui y est écrit, en s’intéressant à l’hébreu du texte original, sans l’influence d’une dogmatique grille de lecture.

Autant dire qu’il réfléchit, cherche à comprendre le sens, ce qui est malheureusement loin d’être la règle chez la plupart de ceux qui se prétendent pieux ou religieux.

J’y ai trouvé des choses intéressantes concernant la mission de Jonas à Ninive, mais aussi à propos de l’œuvre de Noé considérée du point de vue de son épouse. Une dernière réflexion à propos de la relation qui unissait Samson et Dalila m’a interpellé.

En conclusion, même si ce ne sera pas encore pour 2021, je reste désireux de lire l’intégrale de l’œuvre de ce formidable écrivain que j’aimerais pouvoir rencontrer un jour.

Mais je reste persuadé que ses publications demeurent réservées à un public malheureusement limité.

Comme une langue au palais, d’Erri De Luca est publié chez Gallimard.

Ce petit livre de 120 pages est vendu 10€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s