Le Bazar du zèbre à pois, de Raphaëlle Giordano

Je ne suis pas particulièrement branché littérature Feel Good. Pourtant je me retrouve à enchainer deux bouquins dans ce type. Après La Bibliothèque de minuit, me voilà à lire Le Bazar du zèbre à pois.

Le résumé

Mont-Venus est une petite bourgade sans grand intérêt dans laquelle vient s’installer Basile, propriétaire de la boutique Le Bazar du zèbre à pois.

C’est un endroit fort convivial et décalé où les objets mis en vente on tous une forte valeur interactive, voire philosophique, à l’instar de ces araignées équipées de détecteurs de mouvements, impossibles à attraper, ou de ce cadre vide, mettant en valeur un espace dédié à ce vide qui manque à nos vies trépidantes.

Basile va vite devenir copain avec Arthur, un jeune graffeur en difficulté avec la justice pour cause de dégradation de l’espace public. La maman de ce dernier qui œuvre en qualité de nez dans l’industrie cosmétique va également se rapprocher de ce commerçant pas comme les autres.

Mais il y aura de l’adversité et il faudra y faire face.

Basile et sa fine équipe vont pourtant parvenir à apporter un esprit nouveau sur Mont-Venus, positif et constructif.

Ce que j’en dis …

D’abord, je tiens à remercier NetGalley et Plon de m’avoir permis de bénéficier de cette lecture.

A ce propos, tu auras peut-être remarqué que je remercie systématiquement NetGalley et les éditeurs qui lui sont associés mais pas toujours mes autres partenaires. Il y a à cela deux raisons. La première, c’est que c’est une requête de la plateforme en question qui souhaite probablement augmenter ainsi sa visibilité. Il n’y a rien de mal à cela.

L’autre raison c’est que j’ai le privilège d’entretenir des relations un peu plus directes avec les autres éditeurs avec qui je collabore ou avec leur attachée de presse. C’est une proximité à laquelle j’attache de l’importance. Je les remercie donc directement par mail ou par message et je ne vois pas l’intérêt de le faire ici en plus.

Ceci étant dit, revenons-en à notre zèbre.

J’ai beaucoup aimé ce bouquin.

L’histoire est sympa, la galerie des personnages est relativement réduite, ce qui permet de s’identifier facilement à chacun. Raphaëlle Giordano n’en fait pas des tonnes sur le concept de développement personnel même si elle infuse ici et là des idées absolument utiles sous ce rapport et c’est tant mieux.

Par exemple ce qui concerne la plasticité du cerveau. J’avais déjà entendu parler de ce sujet dans un contexte beaucoup plus spirituel et je trouve l’idée intéressante. Tous comme la terre garde l’empreinte de nombreux passages et que se forment avec le temps des chemins dans les bois ou ailleurs, de la même façon, notre cerveau imprime des chemins de pensée, une inclination plus ou moins marquée, positive ou négative, en fonction de nos habitudes.

Pour dire les choses simplement, plus nous avons des pensées positives plus nous serons portés à penser de façon positive et inversement. Nous ne pouvons pas toujours influer sur les évènements qui arrivent dans notre vie mais nous pouvons déterminer (au prix d’un certain effort volontaire) le sens de notre pensée.

J’ai trouvé cet enseignement utile et constructif.

Et même si je ne vais pas devenir un adepte de littérature Feel Good pour autant, je dois reconnaitre que comme son nom l’indique, lire de tels livres fait du bien. Je ne peux donc que le recommander.

Le Bazar du zèbre à pois, de Raphaëlle Giordano est publié chez Plon.

Un livre broché de 288 pages avec une belle couverture orange vendu 18,90€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s