Underdog Samurai, de Romain Ternaux

J’ai découvert Romain Ternaux il y a déjà 6 ans, lorsqu’en octobre 2015 paraissait Aux Forges de Vulcain L’histoire du loser devenu gourou. Je me rappelle encore de ce que j’en avais pensé. Entretemps il a écrit deux bouquins que j’ai bêtement laissé passer. Mais je vais les lire. Parce que je viens de découvrir sa prochaine parution et c’est du délire absolu.

Bon, déjà la couverture est très belle, on a l’habitude avec les Forges et j’en profite pour citer l’illustratrice, Elena Vieillard, à qui on doit les belles couvertures de cet éditeur.

Le résumé

Un jeune homme passionné d’arts martiaux qui vit seul avec son grand-père vient de casser sa tirelire et de débourser 6000€ pour s’offrir un authentique katana sur le dark web.

Malheureusement, le sabre s’avère en toc et s’éclate à la première manipulation. Notre jeune ami, scandalisé, découvre que l’entreprise qui lui a vendu cette arme de pacotille est aux main d’une des pires familles de Yakusas du Japon.

Pas de souci, il décide de partir vers le pays du soleil levant pour se venger et récupérer ses thunes.

Dans ce road trip déjanté il trouvera des compagnons de fortune : une strip-teaseuse, un sumotori, un médecin accro au crack, la serveuse du boui-boui où il prend ses repas.

Pour compléter son warrior pack, ajoutons une armure magique, le fantôme de son grand-père et une horde de yokais.

Ce que j’en dis …

Romain Ternaux est un genre littéraire à lui tout seul.

Lorsque, toujours Aux Forges de Vulcain, Luke Rhinehart nous offre Vent blanc, noir cavalier, il s’efforce de disparaitre dans l’esprit de la littérature japonaise et il parvient à nous faire oublier qu’il est américain.

Underdog Samurai est un pur produit de littérature japonaise mais contrairement à Luke Rhinehart, Romain Ternaux s’empare de l’esprit de la littérature japonaise pour en faire du … Romain Ternaux.

Son style est juste inimitable. Il semble l’enfant immature né sous X (les gobeurs comprendront) d’un Charles Bukowski et d’un Serge Brussolo, qui regardant leur rejeton en souriant se diraient: « Mon Dieu, qu’avons-nous fait !? »

Et papa Brussolo de s’extasier : « Quelle imagination débordante ! » et papa Bukowski de reprendre le petit Romain : « Tu pousses le bouchon un peu loin ! »

Si vous ne connaissez ni l’un ni l’autre de ces deux remarquables écrivains, vous n’êtes peut-être pas dans le bon univers pour appréhender l’écriture de Romain Ternaux. Si vous les connaissez déjà, dites-vous que c’est encore mieux mais en pire.

La langue de Romain est plus affutée que celle de Charles, plus familière, plus crue.

L’imagination de Romain est plus débordante que celle de Serge, ses histoires plus déjantées, elles partent encore plus dans tous les sens.

Je sais bien, la comparaison est énorme mais lorsqu’on parle de cette écriture hors-norme, les épithètes ne suffisent plus, il convient de verser dans l’hyperbole.

Cependant, cette plume acérée n’est pas ce qu’il y a de plus remarquable.

Ce qui force l’admiration, c’est l’incroyable énergie qui se dégage des pages de ce bouquin. J’ai été obligé de le refermer de temps en temps pour reprendre mon souffle. Vraiment. Parfois parce que j’étais mort de rire et d’autres fois parce que je me disais : « Non, c’est pas possible, il va me tuer ! »

Bonne nouvelle, il ne m’a pas tué.

Mais il m’a encore salement épaté !

Salement.

Underdog Samurai, de Romain Ternaux est édité par Aux Forges de Vulcain.

C’est un beau libre broché de 290 pages qui coûte seulement 15€.

Date de parution prévue : 14 janvier 2022

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s