U4-Koridwen, de Adrian Huelva, Pierre-Paul Renders et Denis Lapière

Je poursuis ma découverte de la saga U4 en bande dessinée avec ce second tome que je lis après Jules. C’est peut-être le quatrième tome en fait, ou pas, l’ordre est sans importance finalement.

Résumé

Il y a un résumé commun à tous les albums de la saga U4 : le contexte.

90 % de l’humanité a été décimée par une pandémie de U4, un virus mortel qui semble n’épargner que les adolescents.

Dans un jeu vidéo multijoueur en ligne, Warriors Of Time (WOT), un modérateur, Khronos, a posté un message à tous les meilleurs joueurs du réseau avant que l’Internet cesse de fonctionner : pour sauver l’humanité, il faut remonter le temps, il sait comment faire et invite l’élite de WOT à un rendez-vous à Paris, le 24 décembre à minuit, sous la plus ancienne horloge de la capitale.

Jules faisait partie des meilleurs joueurs de Warriors Of Time. Par ailleurs il vit à Paris. Koridwen est aussi une des meilleures joueuses de ce jeu et joue d’ailleurs souvent en ligne avec Jules qu’elle rencontre pour la première fois IRL (in real life) dans cet épisode.

Elle, en revanche ne vit pas à Paris, elle a fait un voyage de 500km en tracteur avec son cousin Max, handicapé mental, à qui elle est aussi attachée qu’une sœur. Elle emporte aussi une trousse de guérisseuse léguée par sa grand-mère qui avait une réputation de sorcière.

Arrivée à Paris, elle doit faire face à l’anarchie environnante, à la violence des bandes de survivants mais elle trouve des alliés.

Même si elle rencontre Jules, Koridwen ne va pas pour autant rejoindre son groupe mais elle va néanmoins passer du temps avec certain d’entre eux, notamment pour soigner son cousin qui a été attaqué par des chiens.

Ce sont donc maintenant deux jeunes gens qui sont en route pour le rendez-vous de Khronos.

Ce que j’en dis …

Le plaisir est aussi grand que lors de la découverte de la saga avec le tome précédent. Il y a forcément des redondances, mais le concept de cette histoire en quatre volumes avec quatre points de vue différents autorise et même suppose cette contrainte stylistique. Ce n’est donc pas véritablement un problème.

Le petit plus dans ce second tome réside dans l’aspect presque heroic fantasy qui commence à se dessiner doucement. On avait déjà un personnage qu’on peut assimiler à un guerrier en la personne de Jules. Nous voici maintenant avec une magicienne, ou une sorcière si l’on veut faire le lien avec les personnages emblématiques de ce genre de récit. Dans la pratique, elle ne fait pas de sorcellerie ni de magie, elle a simplement des rêves, des intuitions.

Maintenant, je ne sais pas si ce côté heroic fantasy était recherché par l’auteur, Yves Grevet, dans la version originale, le roman autrement dit, ou si c’est un délire personnel que je me paye sur cet album. Toujours est-il que ça me plait bien.

Je trouve le concept de cet histoire en quatre points de vue vraiment intéressante et j’ai très envie de me plonger dans le projet volet. Ce sera Stéphane ou Yanis. Je suis vraiment reconnaissant à NetGalley et Dupuis de m’avoir donné directement accès aux quatre tomes de la série, devoir s’arrêter en chemin m’aurait été pénible.

U4-Koridwen, de Adrian Huelva, Pierre-Paul Renders et Denis Lapière est édité par Dupuis.

Un bel album de BD en couleurs, de 144 pages, vendu 14,50€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s