Mort cruelle – Yakusas ! Tome 1, de Cyril Vial

Les lectures se suivent et ne se ressemblent heureusement pas.

Ce livre autoédité m’a conquis par sa qualité, ainsi que l’auteur par sa gentillesse.

Je tourne donc la page sur la chronique précédente, qui aujourd’hui encore m’a attiré les foudres d’une de ses deux autrices, et me réjouis de vanter les mérites de Mort cruelle.

Le résumé

L’inspecteur Archibald Lefebvre, policier parisien désabusé, est alerté de l’enlèvement d’une jeune femme par le clan des Yamamoto, yakuzas d’autant plus redoutables que leur chef possède une arme maléfique, un katana forgé quatre siècles plus tôt …

N’écoutant que son courage, il se porte à son secours et se retrouve embarqué dans une enquête surnaturelle qui le mènera aux portes de la mort.

Croisant d’abord la route d’un lycéen traumatisé par ses harceleurs, puis celle d’une inspectrice tenace, il devra affronter de nombreux criminels.

Parviendra-t-il à l’emporter ?

Ce que j’en dis …

Au début de ma lecture j’ai eu cette drôle d’impression que Cyril Vial et Romain Ternaux s’étaient rencontrés autour d’une bière, voire de plusieurs bières, et avaient décidé d’un commun accord de suivre une même trame pour raconter deux histoires différentes de vengeance japonaise autour d’un katana ensorcelé orchestrée par un loser parisien.

En effet, la structure narrative de Mort cruelle et celle de Underdog Samurai m’ont souvent frappé par leur similitude.

Le récit s’ouvre sur la fabrication, et la malédiction, de Juuchi-Yosamu, un katana forgé par l’illustre maître-forgeron Sengo Muramasa au XVIè siècle.

Puis on bascule dans le treizième arrondissement parisien aux côtés d’Archibald Lefebvre, vieux flic parisien fort sympathique qui se retrouve malheureusement vite occis par le fameux sabre japonais.

Je n’irai pas dans le détail afin de ne rien spoiler mais la mort ne l’empêchera pas de faire équipe avec Takeshi Nori, un adolescent japonais, victime de mauvais traitements de la part de trois de ses camarades, dont l’un est un fils de yakusa.

La suite du récit est à la fois rocambolesque, animée et réjouissante.

Cyril Vial s’y retrouve pour mettre en scène des personnages aussi antipathiques que le sadique sanguinaire Hayato Yamamoto et aussi sympathique que le bon flic parisien Archibald ou son homologue japonaise Mitsuko Shinada.

Ce roman est bourré d’action et d’humour. Paradoxalement, il offre parfois une violence crue mais aussi de bons sentiments.

Ce premier tome donne très envie de lire la suite, d’autant plus que l’auteur conclut son ouvrage par quelques mots à destination du lecteur qui sont particulièrement touchants et empreints d’une grande sensibilité.

Je referme le livre avec cet agréable sentiment d’avoir fait une belle découverte littéraire ainsi qu’une belle rencontre humaine. Cyril Vial fera probablement encore parler de lui ici.

Quelques mots sur l’auteur

Né en 1986, Cyril Vial a toujours été fasciné par le Japon, ses animés et les films de Takeshi Kitano. En 2017, il a pu se rendre à Tokyo et Kyoto, notamment, et s’imprégner de l’atmosphère nippone.

Écrivain à l’imagination débordante, il a à cœur de proposer des histoires singulières dans l’objectif d’attiser la curiosité de son lectorat. Il cherche à être original et créatif, espère toucher ses lecteurs et les plonger dans des univers incroyables à travers des genres littéraires variés.

Mort cruelle – Yakusas ! Tome 1, de Cyril Vial est disponible sur Amazon.

Le volume broché de 313 pages est vendu 18 €.

4,99€ en version numérique.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s