Un étranger en Olondre, de Sofia Samatar

Les éditions Argyll nous offrent une magnifique édition française de ce livre paru en 2013 aux Etats-Unis et qui s’est vu décerner de nombreux prix littéraires anglo-saxons dont le World Fantasy Award et le British Fantasy Award.

Un étranger en Olondre figure par ailleurs parmi les 100 meilleurs livres de Fantasy selon le très sérieux magazine The Time.

Je dois dire que, selon moi, tout cela est très amplement mérité !

Le résumé

Fils d’un riche marchand de poivre, Jevick a été bercé toute son enfance par les contes et légendes de la lointaine Olondre, une contrée merveilleuse où les livres sont aussi communs qu’ils sont rares sur son île. Et voilà qu’à la mort de son Père, afin de perpétuer le commerce familial, il doit se rendre en Olondre.

Malheureusement, le rêve tourne au cauchemar lorsqu’au lendemain du festival des Oiseaux il se découvre hanté par le fantôme d’une jeune femme. Suspecté d’un crime religieux puis enfermé, Jevick devient rapidement un pion dans la lutte impitoyable qui se joue entre les deux principales religions olondriennes.

Dans un pays au bord de la guerre civile, s’il veut un jour retrouver sa liberté, Jevick devra affronter son fantôme, traverser les limites du monde et dépasser les frontières de ses connaissances…

Ce que j’en dis …

Je me sens d’emblée à court de superlatifs pour parler de ce bouquin qui est effectivement une pure merveille en son genre.

La fantasy est un genre en vogue actuellement et c’est tant mieux. D’après ce que je constate, de nombreux(ses) jeunes auteur(e)s ambitionnent d’écrire leur premier roman dans cet univers particulier et il me semble qu’Un étranger en Olondre, à l’instar de Bilbo le hobbit, est à la fois une œuvre de référence et un modèle du genre. C’est à ce titre que je le recommande à tous les écrivains de fantasy en herbe et aussi aux lecteurs amoureux de ce genre littéraire tellement riche.

Bien que s’inscrivant dans les codes courant de la fantasy, voire de l’heroic fantasy, Un étranger en Olondre transcende les règles et devient somptueusement original dans un genre qui se veut original par essence.

Le lecteur que je suis avait le sentiment de n’avoir jamais rien lu d’aussi beau, d’aussi osé, d’aussi barré. Quand la plupart des auteurs s’échinent à éviter les détails inutiles qui viennent alourdir une œuvre, Sofia Samatar les multiplie sans arrêt, sans rien alourdir du tout. Cela tient de la magie. Plus d’une fois je me suis surpris à écarquiller les yeux en souriant, extatique, vraiment, en me disant : quelle jolie trouvaille !

Le style est d’une richesse inimitable et je tire mon chapeau à Patrick Dechesne qui offre une traduction d’une qualité inouïe par la richesse du vocabulaire employé.

Généralement, j’enchaine les livres l’un derrière l’autre avec délectation et il ne me vient jamais à l’esprit de me replonger dans un livre dont je viens de finir la lecture.

Mais c’est pourtant le cas cette fois. Ma PAL me regarde d’un air sévère et me rappelle à l’ordre mais la tentation est grande de m’offrir dans la foulée une seconde lecture de cette œuvre inoubliable.

Une maison d’édition pas comme les autres

Argyll est une maison d’édition qui fonctionne sur le principe de l’économie sociale et solidaire, ce qui est assez rare pour être souligné.

Vous pourrez en apprendre davantage à ce sujet sur leur site.

Par ailleurs, Argyll est actuellement en train de mettre sur pied une librairie coopérative qui répond au délicieux nom d’Astrolabe dans le centre de Rennes.

Pourquoi cette précision ?

Parce que Kengo, une plateforme de crowdfunding bretonne, propose de contribuer à ce beau projet multiculturel. Les rétributions sont splendides, depuis des livres jusqu’à des places dans des ateliers d’écriture de grande qualité en passant par la possibilité de boire son café à vie au bar de la coopérative !

Il y a donc plusieurs possibilités pour vous procurer Un étranger en Olondre : vous rendre chez votre libraire préféré, ou sur le site d’Argyll, ou encore, et c’est sans doute le plus beau des moyens, en soutenant le projet de l’Astrolabe sur le site Kengo.

Si vous êtes triste parce que vous vivez dans l’Est et qu’aller boire votre thé à Rennes n’est pas dans vos possibilités, une bonne nouvelle pour vous : Sofia Samatar et l’équipe d’Argyll seront présentes aux Imaginales d’Épinal du 19 au 21 mai prochain. Moi aussi.

D’accord, j’avoue que j’en fais des tonnes, mais il suffit de lire ce livre pour comprendre que c’est totalement justifié.

Un étranger en Olondre, de Sofia Samatar est édité par Argyll.

C’est un livre broché de 380 pages, vendu 22,90€.

Date de parution prévue : le 7 avril 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s