Supermarché, de José Falero

Supermarché faisait partie de ma petite sélection personnelle dans la masse critique organisée par Babelio en septembre et je suis très heureux d’avoir fait partie des lecteurs sélectionnés pour le recevoir en échange d’une critique.

Attention : coup de coeur !

Le résumé

« Tout le monde imagine une vie meilleure, mon pote. C’est ce qui maintient les gens en vie, avec l’envie de vivre, en vrai », déclare Pedro révolté.

Peut-on devenir dealer d’herbe en restant fidèle à ses principes ? Peut-on utiliser les théories de Marx pour conquérir sa dignité ?

Dans les favelas de Porto Alegre, deux rayonnistes de supermarché, aux allures d’un Don Quichotte lettré et d’un Sancho Panza révolté, vont se lancer dans une aventure trépidante pour échapper à leur exploitation dans un travail mal payé et dénué de sens. Entre trafiquants, gangsters et manuels d’économie lus dans les transports publics bondés, entre Marx et Tarantino, un premier roman plein d’humour, provocateur et stimulant.

Ce que j’en dis …

Ce roman est un trésor d’inventivité.

Non pas en ce qu’il recèle une forte dose d’imaginaire au sens qu’on donne aujourd’hui à ce terme en littérature, au contraire, il parait bien ancré dans la dure réalité.

Mais de cette réalité si sordide dont on parle ici (la vie dans une favela), José Falero fait émerger un duo incroyablement sympathique, Pedro et Marques, deux collègues qui s’ingénient à quitter leur pauvreté héréditaire en appliquant les principes marxistes au commerce du cannabis.

Il en ressort une histoire très drôle, bourrée d’optimisme, aux dialogues ébouriffants pourvu que le lecteur supporte un langage très familier.

Le point d’orgue concernant ce livre réside dans le fait que José Falero, dont c’est le premier roman, est lui-même issu d’une favela brésilienne.

On ne peut donc pas s’empêcher de se réjouir du fait que grâce au succès international de Supermarché, et non grâce au commerce de la weed, il a aussi pu cesser d’être misérable.

Merci à Métailié et félicitations pour avoir eu l’immense idée d’acquérir les droits de ce premier roman pour la traduction française.

Supermarché, de José Falero est édité par Métailié.
Le livre broché de 336 pages est vendu 22€.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s