Jusque dans la terre, de Sue Rainsford

Mêlant fascination et dégoût, horreur et beauté, Sue Rainsford nous offre un livre original et troublant.

Le résumé

Ada vit avec son père dans une clairière, en bordure d’une forêt, non loin de la ville. Ils passent leur temps à soigner les habitants qui leur confient leurs maux et leurs corps, malgré la frayeur que ces deux êtres sauvages leur inspirent parfois. Un jour, Ada s’éprend de Samson. Cette passion, bien vite, suscite le dépit voire la colère du père de la jeune fille et de la sœur du jeune homme. L’adolescente se retrouve déchirée par un conflit de loyauté entre un héritage vénéneux et cet élan destructeur qui l’emmène loin de tout ce qu’elle a connu.

Ce que j’en dis…

Pour la masse critique de novembre, joliment spécialisée dans les « mauvais genres », l’équipe de Babelio a décidé de m’octroyer une belle publication de cette maison d’édition chère à mon coeur, Aux Forges de Vulcain : Jusque dans la terre, de Sue Rainsford.

Mon premier sentiment est qu’il s’agit d’un livre à nul autre pareil.

Sue Rainsford parvient à y mêler des valeurs antagonistes au sein d’une atmosphère trouble et troublante, gothique et doucereuse où l’amour se mélange à la mort comme le sang à la terre.

Jusque dans la terre nous confronte à ces différentes humeurs qui font de nous ce que nous sommes : la jalousie, le besoin d’être aidés, aimés, sauvés, réparés, notre petitesse et ce désir qui lui est curieusement associé de nous sentir supérieurs. Et d’autres humeurs, physiques celles-là : des varices, des aigreurs, des pertes, des nausées. Voilà qui semble peu ragoûtant et pourtant l’ensemble est d’une beauté insoupçonnable, le plaisir de la lecture est constant et parfois, il faut bien l’admettre, cette curieuse délectation se teinte de culpabilité.

Au commencement, l’homme fut tiré de la terre. A la fin, il y retourne. Mais entre le début et la fin de sa courte et parfois tumultueuse existence, il ne fait que l’arpenter et y trouver sa subsistance.

Dans Jusque dans la terre, Sue Rainsford offre à Ada et à son père ce pouvoir de guérir les malades qui viennent quérir leurs soins en les enterrant vivants.

Gore ?

Non, pas un seul instant. Pas même lorsque les cures voient leurs entrailles fouillées, triées, séparées et réparées par les mains expertes mais à peine humaines d’Ada et de son père et créateur.

Un récit sombre et jouissif à la fois, beau et troublant, comme le cadavre d’un animal magnifique qui gît sur le bord du chemin, gorgé de soleil et scintillant sous la rosée. On sait qu’il est davantage qu’endormi, que bientôt il sera dévoré par les mouches et d’autres insectes coprophages qui viendront le ronger de l’intérieur mais on ne peut s’empêcher de l’admirer.

La frontière est trouble entre ce qui fait notre humanité et ce qui la défait, et Sue Rainsford marche avec grâce sur ce fil ténu au grand ravissement de ses lecteurs.

Jusque dans la terre, de Sue Rainsford est édité par Aux Forges de Vulcain.
Le livre broché de 220 pages est vendu 20€.
Paru le 26 août 2022.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s