Frida Kahlo et les couleurs de la vie, de Caroline Bernard

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de passer quelques jours au Mexique.

J’ai rapidement été intrigué par ce visage de femme pourvu d’un incroyable monosourcil. Elle était partout : sur les murs, sur les T-shirts, sur maints objets proposés dans les boutiques.

On me la présenta comme Frida Kahlo, figure emblématique de la culture mexicaine, une artiste à la santé déficiente qui passa beaucoup de temps à peindre alitée et qui fut très malheureuse en amour.

Aussi lorsque, de retour en France, je découvris l’existence de ce roman, Frida Kahlo et les couleurs de la vie, je me suis dit que ce serait un bon moyen d’en découvrir davantage à son sujet.

Le résumé

Mexique. 1925. Frida veut devenir médecin, mais un tragique accident de bus à l’âge de 18 ans l’en empêche. Elle commence alors à peindre dans des conditions singulières, car elle doit souvent rester alitée (un miroir est accroché au baldaquin de son lit, lui renvoyant son image et expliquant en partie ses nombreux autoportraits). Trois ans plus tard, elle tombe amoureuse du peintre Diego Rivera, le début d’une relation passionnée, malgré leurs infidélités mutuelles.

Que ses tableaux soient couronnés de succès ou qu’elle doive surmonter des obstacles, Frida fait le choix en permanence de la vie. Mais elle sera bientôt confrontée à une décision qui pourrait remettre en question tout ce à quoi elle croyait jusqu’à présent.

Ce que j’en dis …

Précisons d’abord qu’il ne s’agit pas exactement d’une biographie mais d’un roman biographique.

Dans une note en fin d’ouvrage, l’autrice précise honnêtement avoir pris quelques libertés avec la réalité chronologique des faits. Ce qui ne dérangera que les puristes et les spécialistes. Ou pas, d’ailleurs.

Ce roman donc, fut un excellent moyen de faire connaissance avec Frida Kahlo dont j’avais une image forcément très réductrice.

Frida Kahlo et les couleurs de la vie est plus qu’une biographie, une magnifique histoire d’amour.

Cet amour particulier avec Diego Rivera, de beaucoup son ainé, qui ne saura jamais lui être fidèle en dépit de son attachement sincère. Le roman met d’ailleurs très bien en valeur les sentiments ambiguës qui résultent de cette drôle de relation.

C’est aussi une histoire de l’amour de la peinture, de l’amour de l’art.

Frida mettra longtemps à se considérer comme une véritable artiste peintre, tellement l’ombre immense de son mari lui pèse. Elle l’admire à ce point qu’elle peine à comprendre qu’elle le surpasse sans doute.

Mais elle sera obligée de reconnaitre et d’accepter l’engouement du public pour sa peinture et pour sa singularité.

Ce roman est une ode à la vie, à l’optimisme et à l’enthousiasme, à l’image d’une peuple joyeux et festif en dépit des difficultés réelles d’un quotidien pénible.

On ne s’étonnera donc pas que Frida Kahlo soit l’égérie de tout un peuple.

Les admirateurs de l’artiste apprécieront certainement ce beau roman. Les autres, qui comme moi aimeraient simplement en découvrir davantage à son sujet, seront comblés.

Frida Kahlo et les couleurs de la vie, de Caroline Bernard, est édité par Fleuve éditions.
Le livre broché de 336 pages est vendu 21,90€.
Il est paru le 10 novembre 2022.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s