Sémi de Aki Shimazaki

J’avais déjà eu l’occasion d’évoquer les écrits de cette romancière japonaise Aki Shimazaki, à propos de la pentalogie L’ombre du chardon, où l’on croise le destin de plusieurs personnages dans un Japon partagé entre modernité et tradition.

Dans Sémi, le couple dont elle évoque la vie quelques décennies plus tard, est confronté à ce mal qui, tel un tsunami, va déstabiliser les rouages bien huilés de la vie conjugale, à savoir la maladie d’Alzheimer.

Le résumé

Tetsuo et Fujiko Niré vivent en maison de retraite depuis que, quelques années auparavant, Fujiko a commencé à développer des symptômes de la maladie d’Alzheimer. Ils ont uni leurs destins il y a plus de quarante ans, par le biais d’un mariage arrangé, ont fondé une famille et ont vécu ensemble une vie tranquille.

Quand elle se réveille ce matin-là, Fujiko ne reconnaît pas son époux. D’abord en grand désarroi, Tetsuo entreprend finalement de reconquérir celle qui le prend désormais pour un étranger auquel elle se trouverait simplement fiancée.

Ce que j’en dis…

Tout comme dans ses ouvrages précédents, ce n’est pas tant l’intrigue qui fait l’intérêt des histoires qu’Aki Shimazaki nous conte car elle est le plus souvent très prévisible, mais bien plus la dimension sociologique et l’acuité avec laquelle l’auteure nous brosse un tableau de la société japonaise. Sa façon très délicate, d’aucun dirait très « Wabi Sabi » d’allier nature et sentiments, donne à ses récits une dimension poétique même quand elle aborde des sujets aussi graves que les secrets de famille, la confiance et les écueils dans la communication au sein du couple.

Et revient le thème récurrent d’une société nippone où les maris ont une fâcheuse tendance à sous-estimer leurs épouses et à mener une double vie en toute bonne conscience, puisqu’ils ont le sentiment d’assumer leurs responsabilités en mettant leurs familles à l’abri, du moins sur le plan matériel !

Dans Sémi, on retrouve aussi l’évocation de cette tradition ancestrale et néanmoins toujours à l’œuvre du mariage arrangé et des critères qui sont censés en assurer la réussite…

Pour revenir au thème central du livre, à savoir l’effet dévastateur mais aussi révélateur du déclin cognitif et pour connaître le sujet de près, je trouve que l’auteure aborde la maladie d’Alzheimer avec beaucoup de justesse, sans pour autant basculer dans le pathos.

Sémi, d’Aki Shimazaki est publié par Actes Sud.
Le livre broché de 160 pages est vendu 16 €.
Paru en mai 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s