Racisme et manifestations (ou inversement)

L’actualité est particulièrement marquée par les grands mouvements antiracistes qui essaiment aux Etats-Unis et partout ailleurs depuis le meurtre de Georges Floyd.

Doit-on s’en réjouir ou s’en désoler ? Qu’est ce que ça va changer ?

les joies de la démocratie

C’est la grande arnaque de ce siècle et du précédent : faire croire aux gens qu’il maîtrisent, non seulement leur vie mais aussi celle de la communauté.

Je vote donc je suis.

Je me souviens que lorsque j’avais une petite vingtaine d’années je me plaisais au militantisme.

J’aimais particulièrement faire signer des pétitions.

Pour la légalisation du cannabis, pour la fermeture des prisons, pour la fin de l’élevage en batterie, etc…

C’était il y a 30 ans, j’ai arrêté depuis, mais de telles pétitions continuent d’exister, d’être signées ou pas… parce que rien n’a changé depuis 30 ans.

De même ces manifestations. Elles réunissent des personnes qui partagent un même point de vue, une même vision sociétale (souvent honorable) et qui manifestent pour … Pour quoi exactement ?

Pour faire savoir qu’elles existent. Pour faire savoir qu’elles désapprouvent. Pour dire aux gouvernements qu’il faudrait que tout cela cesse.

Quelle réponse attendent-elles exactement des gouvernements?

Qu’elles votent des lois pour faire cesser le racisme? Elles existent déjà !

Qu’elles les appliquent ? Quel intérêt pour eux ?

Quand les gens comprendront-ils que les gouvernements ne recherchent que leurs propres intérêts ?

Mais plus important encore : comment un gouvernement peut-il régler un problème qui se trouve dans le coeur des gens ?

Photo de Life Matters sur Pexels.com

le racisme n’est pas un problème de société

La racine du racisme n’est pas dans la société, ce n’est pas comme la pauvreté ou la pollution.

C’est un problème personnel.

Le raciste a un problème avec lui-même, il a un problème lié à l’ignorance, à l’égoïsme, à la méchanceté mais ça n’a rien à voir avec un problème social.

Je me souviens qu’un jour mon père voulant calmer les foudres de mon antiracisme primaire qui s’abattait sur je ne sais quel raciste primaire de notre entourage commun (en fait je m’en souviens, c’était ma belle-mère), avait certainement voulu faire preuve d’une condescendante sagesse en me disant :

« On ne naît pas raciste, on le devient. »

C’était sa vérité. Il n’est pas né ainsi, il l’est devenu.

Ce n’est pas la mienne. Ce n’est pas La Vérité.

La Vérité c’est que les races n’existent pas. Le racisme est un leurre parmi tant d’autres.

Ce qui existe c’est notre propension à vouloir toujours décider par nous-même de ce qui est bien ou mal et, un fois convaincu, de vouloir imposer notre vision du monde aux autres par les moyens à notre portée.

Mais ça ne marche pas!

Nous disposons tous du libre arbitre, rien ni personne ne peux dire à autrui comment il doit penser.

La seule chose que nous devons pouvons faire c’est instruire, éduquer, expliquer.

Et aimer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s