Pleines de grâce, de Gabriela Cabezón Camara

Parmi tous les titres de la rentrée littéraire, il y en a un en particulier qui m’a happé au premier regard. En écrivant ces lignes, je me rends compte à quel point je suis sensible à la couverture des livres. C’est très subjectif, j’en suis pleinement conscient, n’empêche. Bien que, si l’on y réfléchit un peu plus longtemps, ce n’est peut-être pas si subjectif que cela.

Si un éditeur est capable de me toucher par le choix des images des couvertures de ses livres, il y a peut-être un lien avec le fait qu’il soit également en mesure de choisir des textes qui me feront vibrer. C’est le cas avec cet éditeur, 10/18, une édition de format poche que j’aime beaucoup.

Cette belle couverture est de Manon Bucciarelli

La quatrième de couverture

Le jour où Qüity, ambitieuse journaliste de Buenos Aires, entend parler de Cleopatra, une travestie qui a renoncé à la prostitution à la suite de l’apparition de la Vierge Marie, elle se dit qu’elle tient le sujet de l’année. Mais sa vie va radicalement changer quand elle va se trouver irrésistiblement attirée par l’objet de son article, le captivante Cleo, et se faire embarquer dans le projet fou de cette dernière : transformer son bidonville d’El Poso en une communauté autonome, avec l’aide d’une armée de putes, de trafiquants et de voleurs …

Dans ce roman intense, Gabriela Cabezón Camara réussit à exprimer l’épopée cachée de tant de vies anonymes qui, défiant la logique imposée par l’ordre établi, inventent de nouvelles façons de vivre, en couple, en famille et en communauté.

Ce que j’en dis …

Je n’avais lu qu’un seul livre de littérature argentine avant celui-là : Un peu de respect, j’suis ta mère !, de Hernan Casciari, avant de lire Pleines de grâce. Et j’ai eu le bonheur de retrouver sous la plume de Gabriela Cabezón Camara ce qui m’avait fait vibrer dans cette découverte : un univers chaotique et déjanté, peuplé d’individus remarquables et singuliers.

Je ne sais pas si c’est une trait particulier propre à la littérature de ce pays mais le plaisir ressenti est indéniable. Pour autant, je pense que Pleines de grâce a tout de l’écrit clivant. Une immersion dans un bidonville avec tout ce que cela suppose de modes de vie glauques salement assumés : voleurs, proxénètes, travestis et prostituées. Mais aussi une ambiance terriblement festive où la musique est la fête semblent la récompense quotidienne pour toutes les souffrances et les injustices endurées.

Pleines de grâces raconte comment sous l’impulsion du désir de vivre et d’être heureux il est permis aux plus faibles de devenir forts. La vierge apparue à Cleopatra, la vierge des gueux, est une révélation pour elle, un délire aux yeux de beaucoup, un prétexte au changement de toutes façons.

Le style de Gabriela Cabezón Camara – dans ce livre en tous cas – est parfois un peu déstabilisant, désarçonnant, surprenant … Je vais arrêter ici une liste de superlatifs qui pourrait être longue.

A propos de l’autrice

Gabriela Cabezón Camara est argentine, née à Buenos Aires en 1968. Elle est une figure de proue du mouvement NiUnaMenos (pas une de moins) qui dénonce les violences faites aux femmes et les féminicides en Argentine, et participe aux luttes féministes argentines de ces dernières années.

Elle collabore à plusieurs journaux dont le supplément « SOY »(je suis) du journal Pagina 12 qui aborde des questions liées à la communauté LGBTQI+. Elle a publié plusieurs romans dont Pleines de grâce et Les aventures de China Iron, parus en France aux Éditions de l’Ogre.

Pleines de grâce, de Gabriela Cabezón Camara, chez 10/18 pour les éditions de l’Ogre

Un livre de poche de 188 pages vendu 7,10€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s